Accueil > Poêmes > La culture

Visiteurs

2 connectés!

3683577 au total!

6438126 pages vues!

Publicité

Bas de page

La culture

La culture est une lumière qui illumine l’homme comme le soleil éclaire la terre.

Source de vie !

Garant de la sécurité !

Symbole de développement !

Clé de la réussite !

Pouvoir pour la conquête !

Un moyen pour parvenir à ses fins !

Un obstacle contre aléas de la vie !

L’horloge qui détermine le temps !

La machine qui fait fonctionner le monde !

La culture facilite ce qui semblait être difficile !

Elle rend accessible ce qui semblait être inaccessible !

Ne rend-elle pas possible ce qui semblait être impossible ?

Alors de l’enfance à l’adolescence, de l’adolescence à l’âge adulte, de l’âge adulte à la vieillesse, la culture doit nous accompagner.

Sans la culture, c’est dans une obscurité totale que l’homme se dirige tout droit vers un profond trou.

Aucune possibilité de le contourner, on passe dessus ou on tombe dedans.

Ainsi le monde punit ceux qui jusque là ne savent pas qu’en dehors de la culture, il n’y a aucune autre issue pour réussir.

D’autres parts, le monde récompense ceux qui ont su saisir la culture en construisant pour eux un pont qui passe au dessus des obstacles de la vie.

La culture est à la base de tout progrès, de tout développement et de toute révolution.

Pour défaire les repères secrets de la vie, il faut viser loin car on ne finira jamais de découvrir.

L’intelligence humaine n’est-elle pas assoiffée de découvrir ?

De tout les amis de l’homme, la culture n’est elle pas son meilleur allié ?

Sans jamais trahir son propriétaire, elle lui donne la confiance.

Elle le sauve de la déperdition et lui montre la voix à suivre.

Si de tous les espèces, l’homme est le seul susceptible de pouvoir y accéder, alors il n’a pas le droit de ne pas saisir cette opportunité.

Sans code, elle est accessible à tous.

Sans frontières, elle ne marginalise personne.

Alors personne n’a non plus le droit de rester sans se cultiver.

Informations sur l'article

Créé le :14/03/10
Auteur :Soumare Sally Diamio
Visualisations :142974
Haut de page
  • Shad 27/05/2017 -14h50nfl jedseys wholesale from china blank jersey wholesale
  • Shawnee 24/05/2017 -13h48stitched nfl jerseys china cheap jersey india
  • gayecamara@hotmail.fr 05/04/2012 -12h02je suis si ravi de lire ce poéme qui me donne beaucoup de courage d'aimer encore plus ma culture,la culture soninké qui est la base de ma représentation et mon avancement par conséquent je vous remercie infiniment de votre sagesse.
  • Aliou SY - poeme Maman de comp 01/05/2010 -12h53Maman de compassion:
    Tu mère tout ce que vous ou vos enfants et les orphelins.
    Vous ou le monde, base, vous et un coureur de jupons du monde.
    Vous êtes mères et des enfants ou ma nounou des enfants et des orphelins.
    Vous m’aves berceux dans le berceau et berceu entre le chemin du marigot et la cuisine.
    Je suis resté le long de la nuit pour moi Fmrdt Dahrt pour moi et l’affection.
    Je savais apposition et l’affection dans tes yeux En Ntqk.
    Je suis devenu une corde entre mes voisins et les amis,ils me tire dans toutes les directions.
    Je t’appel ma mère chez les femmes dans le monde, l'appel de pitié et d'amour.
    Prière à Dieu de bénir et vous pardonnera toujours toujours.
    Je n'ai pas vu dans ce monde et a mis fin au doux pathétique et plus pure que la mère pathétique.
    Les mères sont reconnaissants aux larmes éveillés et reconnaissants inquiets en détresse
    Pour prendre soin de leurs fils et filles Heureux êtes-vous, les femmes du monde.
    Béni sois-tu, ô Mère des mères des enfants de Kara et des orphelins.
    Pour ce principe de base, la durée minimale de l'un des choix Doamtha pour les mères
    Un principe de base, la compassion vendre sur le marché, j'ai acheté une demi.
    Die mère aime toujours son âme et son fils et son enfant à naître.
    Parce que l'enfant a été interrompu par l'Esprit dit les soninkes comme eux!
    Il s'agit de la mère compatissante quitté son sommeil et vigilance douce pour s'occuper
    Combien de mères quitté le monde et son bébé sont toujours derrière les.
    On observe aujourd'hui, mais que, Allah Hafiz Karim.
    Combien ont pris le garçon de ce monde éphémère, et sa mère en larmes.
    La mère pleurer, nuits à pleurer pour son époque, et les pleurs du soir.
    Et elles dormais entre la fumée et des puits, des rivières et des lacs.
    Ils sont toujours dans l'amour de ma mère et de l'aliénation dans le dialogue,
    je l'aime à Kara.
    j suis le poete de toute mere, et tout le maman dans le monde entiers .
  • soum 16/03/2010 -11h55oui monsieur votre poeme est super . bonne continuation .la culture est la base de toute chose.donc ducourage.
  • catouls 16/03/2010 -02h22tres beau poeme!!!
Ajoutez un commentaire




Copyright Abdoulaye 2010, tous droits reservés.