Accueil > Islam > Le pardon en islam

Visiteurs

3 connectés!

3693500 au total!

6477566 pages vues!

Publicité

Bas de page

Le pardon en islam

Abu Said Ibn Malîk Ibn Sinân Al-Khudrî rapporte ces propos du prophète (saw) : un homme, appartenant à l'une des communautés qui vous ont précédées, avait tué quatre vingt dix -neuf personnes ; il s'enquit de l'homme le plus instruit sur la terre. On lui indique un ascète auprès duquel il s'est rendu pour exposer son cas : « j'ai tué quatre vingt dix -neuf personnes ; puis-je espérer me repentir », demanda-t-il ? « Non », lui répondit l'ascète. Il le tua, complétant ainsi la centaine. Puis il s'enquit de nouveau du plus grand savant de la terre. On lui indiqua un homme docte auquel il demanda : « j'ai tué quatre vingt dix -neuf personnes ; puis-je espérer me repentir » « oui, répondit celui-ci, qu'est ce qui t'empêcherait de te repentir ? Va dans tel pays, tu y trouveras des hommes adorant Allah, exalté soit-il. Adore-Le avec eux, et ne revient pas dans ton pays, car c'est un lieu de perdition. » Il s'est mis en route, et alors qu'il était à mi-chemin, la mort le surpris. Aussitôt les anges de la miséricorde et les anges du châtiment se le disputèrent.

Les anges de la miséricorde argumentèrent : « il est venu repentant, le cœur tourné vers Allah. » Les anges du châtiment objectèrent : « il n'a jamais fait le moindre bien. » C'est alors qu'un ange ayant revêtu la forme humain au devant d'eux : ils le prirent pour juge, et il proposa : mesurer la distance qui le sépare de chacun des deux pays, celui dont il sera le plus près devient le sien. » Ils mesurèrent, et comme ils le trouvèrent plus proche du pays qu'il désirait joindre, les anges de la miséricorde s'en saisirent » ( Boukhari et Muslim). Ce hadith comprend des enseignements précieux :

  1. Un grand nombre d'hommes sont prédisposés naturellement à faire le bien. Quelque soit la gravité de leurs actes -ici le meurtre de cent personnes – il est toujours temps de se repentir. De fait, l'homme ne doit jamais désespérer de la grâce divine;
  2. Le savant qui s'adonne à des œuvres cultuelles limitées au strict nécessaire, est meilleur et plus utile que l'ascète qui est ignorant ! On voit le meurtrier interroger un homme menant une existence monacale, mais ne connaissant pas l'étendue du pardon divin ; il est scandalisé et n'offre aucun espoir à l'homme qui n’a dés lors rien à perdre, et qui reproduit son méfait. Puis il finit par trouver un savant, qui lui fait comprendre que rien ne peut s'interposer entre un homme et la miséricorde divine. Cette miséricorde est sans limite. Il suffit au pécheur de manifester la volonté sincère de revenir à Allah. Pour être valable, le repentir doit au préalable remplir un certain nombre de conditions, dont entre autres :
    • la reconnaissance de l'erreur commise;
    • éprouver du remord;
    • prendre la résolution de ne plus commettre les mêmes erreurs.

A cela s'ajoute, si l'on a lésé quelqu'un, l'impératif de réparer le mal que l'on a fait quand cela est possible. En tous les cas, ce hadith prophétique montre clairement qu'Allah accueille toute personne qui se repent, quelque soit l'énormité de ses méfaits. Toute personne travaillant pour la cause de l'islam se doit de comprendre les états d'âme des personnes se confiant à lui, en les engageant sur une voie qui leur donne espoir et qui les réconforte. Le repentir d'une personne ayant commis un homicide volontaire est admis. Après avoir évoqué la gravité de l'idolâtrie, du meurtre et de la fornication, le Coran affirme : « et quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé au jour de la résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d'ignominie, sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre.... » (Coran, 25 : 68-70).

Informations sur l'article

Créé le :16/03/10
Auteur :Soumare Zakaria Demba
Visualisations :56884
Haut de page
Ajoutez un commentaire




Copyright Abdoulaye 2010, tous droits reservés.